L'acupuncture, une thérapie holistique millénaire aux applications multiples

mars 5, 2024

L'acupuncture est une pratique médicale traditionnelle chinoise millénaire basée sur les principes d'équilibre des énergies du corps (qi) et du sang. Découvrez les principes et les applications de l'acupuncture comme thérapie holistique et énergétique.

Historique de l'acupuncture

Les origines de l'acupuncture remontent à plus de 2500 ans en Chine ancienne. C'est dans le Huangdi Neijing ou Classique de médecine interne de l'Empereur Jaune que sont décrits pour la première fois les principes fondamentaux de cette thérapeutique : 

Lire également : Quels sont les bienfaits de l’hydrothérapie pour la détente musculaire ?

  • les concepts de qi ; 
  • de yin ; 
  • de yang.

Certains points d'acupuncture sont encore utilisés dans le cadre d’une thérapie holistique ou énergétique.

Au fil des siècles, l'acupuncture s'est développée pour former une base théorique et technique solide au sein de la médecine traditionnelle chinoise. Des textes comme le Zhen Jiu Jia Yi Jing au 11ème siècle ont permis d'affiner le repérage et l'utilisation des points.

A lire en complément : Médecin acupuncteur sur Nantes : comment trouver le meilleur ?

Il faut attendre le XVIIe siècle pour voir apparaitre les premiers écrits européens sur l'acupuncture, notamment grâce aux relations commerciales entre la Chine et les missionnaires jésuites présents à la cour impériale. Cet échange culturel favorise les fondements de l'acupuncture qui commencent à être diffusés en Occident.

Au XXe siècle, de nouvelles techniques voient le jour comme l'électroacupuncture dans les années 1940. Elle combine l'insertion des aiguilles à de fines décharges électriques. Ces avancées contribuent à une meilleure compréhension et reconnaissance progressive de l'acupuncture hors de Chine.

Principes et techniques de base

Selon la médecine traditionnelle chinoise, le qi ou énergie vitale circule de manière harmonieuse dans le corps humain via des méridiens invisibles appelés les méridiens d'acupuncture. Ils relient entre eux les organes internes : 

  • la rate ; 
  • les poumons ; 
  • le cœur. 

Ils ont également des terminaisons dans les structures superficielles telles que la peau et les muscles. Le bon fonctionnement de l'organisme dépend d'un flux équilibré du qi dans ces méridiens.

L'acupuncture agit sur des points spécifiques appelés "points d'acupuncture", situés le long des méridiens. Le point d'acupuncture ub-62, situé dans le bas du dos, trouve des applications pour soulager les lombalgies. En stimulant manuellement ces points à l'aide d'aiguilles très fines et étroites, on vient lever les obstructions au flux normal du qi, rétablir son équilibre et apporter un effet curatif au niveau de l'organe ou de la zone associée.

L'insertion des aiguilles se fait de manière délicate, par rotation ou par de micro-vibrations après pénétration de la peau sur 1 à 3 mm de profondeur. Des techniques de moxibustion peuvent également être réalisées en associant la chaleur produite par l'armoise brûlée aux effets des aiguilles.

L'électroacupuncture utilise les mêmes points d'insertion, mais délivre en plus de très faibles courants électriques via les aiguilles. Cette technique potentialise l'effet de stimulation et aide le qi à circuler de façon optimale.

Applications et bienfaits 

L'acupuncture a démontré son efficacité dans le soulagement de nombreuses douleurs. Elle soulage efficacement les céphalées et migraines en agissant sur des points spécifiques du visage et du cuir chevelu. Dans le domaine rhumatologique, des études ont montré qu'elle pouvait réduire significativement les douleurs articulaires comme l'arthrose, souvent de façon durable.

En gastro-entérologie, l'insertion d'aiguilles sur les méridiens du foie, de l'estomac et de la rate apporte un réel soulagement dans les syndromes digestifs fonctionnels tels que : 

  • les ballonnements ; 
  • les nausées ; 
  • le reflux gastro-oesophagien. 

Elle permet également de réguler les troubles menstruels comme les règles douloureuses.

En dermatologie, l'acupuncture s'est révélée utile pour traiter certaines dermatoses comme le psoriasis ou l'eczéma en ciblant les méridiens sous-jacents aux zones cutanées concernées. Elle agirait en stimulant la microcirculation cutanée.

Dans le domaine du cancer, de plus en plus d'études montrent que l'acupuncture associée aux traitements conventionnels peut alléger efficacement les nausées et vomissements post-chimiothérapie, la douleur et l'anxiété des patients. Elle contribue au maintien d'une meilleure qualité de vie.

Discussion sur cette approche holistique

Bien que ses mécanismes d'action précis demeurent mal compris par la médecine moderne, l'acupuncture voit sa pertinence clinique confirmée par de nombreuses études scientifiques rigoureuses. Ses effets thérapeutiques sur un large éventail de pathologies ouvrent des perspectives prometteuses quant à son potentiel encore sous-exploité.

Peu à peu, sa reconnaissance par les instances de santé publique se traduit par une meilleure intégration de cette pratique au sein des systèmes de soins occidentaux. Elle commence à être remboursée dans certains pays comme une thérapie complémentaire efficace. Son utilisation croissante témoigne d'une volonté louable d'association avec les médecines conventionnelles pour une prise en charge personnalisée et globale du patient.

En considérant l'humain dans toutes ses dimensions - physique, mentale et énergétique - l'acupuncture incarne une approche holistique de la santé envisageant le bien-être au-delà de la seule absence de maladie. Son caractère doux et son innocuité en font une option thérapeutique prometteuse qui mérite de voir son champ d'application encore élargi au XXIe siècle.